Catégorie : Politique

Félix Tshisekedi face à la diaspora congolaise, le 18 septembre à Bruxelles.
© THIERRY ROGE / BELGA / AFP

Pour son quatrième jour de visite en Belgique, Félix Tshisekedi rencontre le président de la commission de l’Union européenne, le sortant Jean-Claude Juncker. Les relations entre l’UE et son prédécesseur, Joseph Kabila, s’étaient considérablement tendues à la fin de son deuxième et dernier mandat. Le représentant de l’Union européenne à Kinshasa avait même été expulsé. Il n’y a plus d’appui budgétaire direct. Or, c’est avec le même Joseph Kabila que Félix Tshisekedi est aujourd’hui en coalition. Mais s’il veut tenir ses promesses, le nouveau président congolais a besoin du soutien de son partenaire européen.

Le président congolais l’a dit aux entrepreneurs belges, il espère que la Belgique lui servira de porte d’entrée pour reprendre la coopération avec l’Union européenne. Avant même d’être proclamé vainqueur, le candidat Félix Tshisekedi s’était offusqué sur les réseaux sociaux de l’expulsion de l’ambassadeur de l’Union européenne en plein processus électoral. Il avait promis de le rappeler dès son « élection prochaine » et de rouvrir la « maison Schengen ». Cela reste, à ce jour, le dernier message sur son compte twitter.

► À LIRE AUSSI Belgique: Félix Tshisekedi demande au patronat belge de lui faire confiance

C’est fait pour la deuxième promesse, même si la « maison Schengen » a changé de nom, concession faite au camp de son partenaire, Joseph Kabila. Quant à la première promesse, en août dernier, l’ambassadeur Bart Ouvry n’avait été autorisé à revenir au Congo que pour dire au revoir, étant nommé au Mali.

Besoin de l’aide européenne

Mais Félix Tshisekedi ne cache pas qu’il a besoin de l’aide de ses partenaires pour apporter le changement promis. Or, du côté de l’Union européenne, parmi les organisations les plus critiques du processus électoral, les États membres restent divisés : d’un côté ceux qui souhaiteraient soutenir le nouveau chef de l’État, de l’autre ceux qui redoutent de voir la coalition pro-Kabila prendre le dessus.

Dans une interview accordée au journal belge Le Soir, Félix Tshisekedi a plaidé pour un assouplissement des sanctions imposées par l’UE aux proches de Joseph Kabila. C’est un autre sujet de débat parmi les États membres.

Rendre hommage à la diaspora

Autre temps fort de la visite de Félix Tshisekedi en Europe, hier, mercredi 18 août au soir, un grand meeting devant la diaspora congolaise. Plusieurs milliers de personnes étaient réunies dans l’une des salles du palais Heysel, beaucoup de militants de son parti, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), venus de toute l’Europe pour voir leur président.

Finalement pas de questions-réponses, Félix Tshisekedi a plutôt voulu leur rendre hommage : C’est l’histoire d’un fils d’opposant politique, exilé, qui devient président de la République. C’est le chargé d’affaires de l’ambassade du Congo en Belgique qui le raconte en guise de mot d’introduction. Dans la salle, certains ont attendu plus de 5 heures pour vivre ce moment. Debout sur leurs chaises, ils l’immortalisent à l’aide de leur téléphone portable. Félix Tshisekedi : « Je tiens à vous remercier chaleureusement, vous qui m’avez vu naître politiquement. Croyez-moi, chers compatriotes, peu importe le temps que vous prendrez pour rentrer au pays, il y aura toujours une place pour chacun d’entre vous chez nous ».

Dans son discours, Félix Tshisekedi multiplie les promesses, toujours les mêmes, sur l’éducation, la santé, les infrastructures, l’agriculture. Mais il en fait une qui touche ce public plus que les autres, celle de réaliser le rêve de son père : « Nous avons le devoir de continuer ce combat jusqu’à l’instauration d’un État de droit dans notre pays. Ce vœu cher à notre grand combattant, l’immortel Étienne Tshisekedi wa Mulumba. Je ne suis pas un dictateur et je ne veux pas qu’on fasse de moi un dictateur. »

« Nous allons nous réapproprier l’initiative de la vente et de la rente de nos propres minerais »

Au fil de son discours, Félix Tshisekedi insiste aussi sur la réforme du secteur minier de son pays : « C’est vrai que les mines nous ont causé beaucoup de malheurs, mais c’est surtout parce qu’il n’y avait aucune organisation sérieuse dans ce secteur. On a préféré ruiner l’économie minière. Donc, nous allons remettre de l’ordre en nous conformant aux lois en vigueur […] . Nous allons nous réapproprier l’initiative de la vente et de la rente de nos propres minerais. J’en ai assez que les mines congolaises, la terre congolaise ne servent que de terre d’extraction. Maintenant, il est temps aussi que ce soit une terre de transformation. »

En guise de conclusion, le président congolais reprend cette phrase qui, depuis son investiture, lui est scandée par ses partisans : « N’oubliez pas ce que papa disait, c’est le peuple d’abord. »

rfi.fr

Read Full Article

-

En République démocratique du Congo, le détournement présumé des 15 millions de dollars qui défraye la chronique depuis plusieurs semaines est loin d’être terminée.

Après avoir reçu les encouragements le dimanche dernier du Chef de l’Etat, Victor Batubenga, inspecteur en chef de l’IGF, a dans une interview téléphonique accordée à l’agence américaine Bloomberg, assuré que les investigations sur le présumé détournement d’une somme de 15 millions de dollars ; laquelle provient de la décote du montant dû par le gouvernement aux sociétés pétrolières vont se poursuivre.

« Vital Kamerhe les a suspendues mais le chef de l’Etat m’a dit que les enquêtes vont se poursuivre… Il [Félix Tshisekedi] m’a dit que nous ferions notre travail en toute indépendance et que nous inspecterions tous les ministères », a déclaré Victor Batubenga.

Le mardi 17 septembre, le procureur général de la république, Floribert Kabange Numbi, avait également annoncé s’être saisi de ce fameux dossier qui fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Djodjo Vondi
MEDIA CONGO PRESS / Mediacongo.net
Read Full Article

Ministre de l'EPSP Willy Bakonga William

Tout a l’air d’une négligence notoire pour contrecarrer une grande décision marquant la rupture avec le passé
Par MKM

Le ministre d’Etat en charge de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) a jeté le lundi 16 septembre un véritable pavé dans la marre en allant à l’encontre de la loi-cadre sur l’enseignement, en application au cours de cette année scolaire 2019-2020 de la gratuité de l’éducation de base, allant de la 1ère à la 8ème année. Willy Bakonga Willima a un autre entendement de l’article 43 de la Constitution, bien concrétisé par l’actuel Chef de l’Etat. C’est derrière le dos du Président de la République qu’il s’illustre par une dangereuse déclaration ayant mis plusieurs parents dans l’émoi.

D’aucuns se préparent à protester à travers des marches pacifiques.

Il s’agit d’une grave gaffe commise par le nouveau titulaire en charge de l’EPST en l’absence de celui qui tient mordicus à travailler pour l’intérêt de la population par une rupture avec le passé en cherchant à faire payer les frais scolaires  dans les classes des 7ème et 8ème. Il a continué à parler de l’enseignement primaire allant de la 1ère année à la 6ème année pendant que l’éducation de base s’étant désormais sur 8 ans qui seront sanctionnés par une pièce scolaire donnant l’accès aux humanités de 4 ans.

Il convient de comprendre ainsi la suppression de l’Examen national de fin d’études primaires, ENAFEP. S’il peut vérifier, à travers une enquête par ses hommes de main, les réactions  provoquées par sa déclaration faite en primeur sur un média privé et de revenir par la même voie pour tenter de justifier en laissant des zones d’ombre. Il doit être tenu pour responsable des dérapages constatés dans certaines écoles publiques dont des dirigeants en ont profité pour demander aux élèves de la 7ème et de la 8ème de payer les frais scolaires.

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, qui se dit  déterminé à traduire en acte la gratuité de l’éducation de base par son instruction au Vice-premier ministre en charge du  Budget d’activer les mécanismes en vue de verser des frais de fonctionnement aux écoles publiques concernées par cette décision salutaire, de bien interpeller son ministre de l’ EPST. Willy Bakonga doit très vite revenir à la raison en approchant divers partenaires de son secteur pour une solution concertée de certaines difficultés rencontrées. Plus de 20 ans d’usage des frais de motivation, le changement de système n’est pas accueilli de la même manière.

la tempête des tropiques

Read Full Article

-

Joseph Olenghankoy, président du CNSA

Le président du Conseil national de suivi de l’Accord de la Saint-Sylvestre (CNSA), Joseph Olenghankoy, estime que la justice congolaise a été expéditive dans le dossier opposant Mike Mukebayi à Daniel Mwanateba. Sur son compte twitter ce mercredi 18 septembre, le président du CNSA dit suivre ce dossier de près.

Martin Fayulu avait également dénoncé le transfèrement de Mike Mukebayi au CPRK.

« On veut réduire Mike Mukebayi au silence. On veut le museler et faire part à tous les autres. On peut lever les immunités d’un député à tout moment, même en violant la procédure. Ils veulent museler les communicateurs de Lamuka et tous ceux qui défendent le camp du changement. Mukebayi est un cobaye », avait-il déclaré à la presse.

C’est depuis lundi 16 septembre dans la soirée que le député provincial Mike Mukebayi est mis en détention préventive au Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa (CPRK), ex-Makala après son audition au parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe.

En effet, le parquet a mis à charge de l’élu de Lingwala l’infraction d’imputation dommageable, suite à la plainte déposée par le plaignant Daniel Mwanateba.

Djodjo Vondi
MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
Read Full Article

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders et son homologue congolaise, Marie Tumba Nzeza, ont signé le 17/09/2019 trois accords, sous l’œil du président congolais Felix-Antoine Tshisekedi et le Premier ministre belge Charles Michel. Photo ministère belge des Affaires étrangères.

Le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders et son homologue congolaise, Marie Tumba Nzeza, ont signé ce mardi 17 septembre un mémorandum qui ouvre la voie à la remise en place d’Ambassadeurs dans les deux pays.

La signature s’est déroulée dans la galerie des glaces du Palais d’Egmont à Bruxelles, sous l’œil du président congolais Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, en visite officielle en Belgique, et du Premier ministre démissionnaire, Charles Michel, à l’issue d’une réunion intergouvernementale.

Le document porte notamment sur la réouverture des Consulats généraux à Anvers et Lubumbashi et prévoit un appui à l’Ecole nationale de l’administration (ENA) à Kinshasa ainsi que la formation de diplomates congolais, indique le communiqué du ministère belge des Affaires étrangères.

Selon Libre.be, le Belge Johan Indekeu a remis vendredi dernier la copie de ses lettres de créance à Mme Marie Nzeza et la RDC doit encore désigner prochainement son chef de poste en Belgique.

Les deux ministres ont signé un mémorandum d’entente sur la tenue régulière de consultations politiques bilatérales, à l’issue d’une réunion intergouvernementale au Palais d’Egmont.

Consolidation des programmes en cours

Le président congolais Felix-Antoine Tshisekedi et le Premier ministre belge Charles Michel. Photo Présidence RDC.

Le vice-Premier ministre, ministre des Finances et de la Coopération au développement Alexander De Croo a, pour sa part, signé un mémorandum concernant la poursuite de la coopération gouvernementale et la consolidation des programmes en cours d’exécution. La conclusion d’un nouveau programme de coopération sera la responsabilité du prochain gouvernement fédéral.

Un autre accord, en matière de Finances a également été conclu, permettant la relance d’une coopération dans ce domaine. Une reprise de la coopération au niveau des Banques centrales a également été examinée. Aucun accord n’a toutefois été signé en matière de coopération militaire.

« La Belgique, avec ses partenaires internationaux, s’engage à soutenir les efforts et réformes annoncés par les autorités congolaises, en tenant compte des progrès concrets en faveur de la population », indique un communiqué conjoint de MM. Reynders et De Croo.

Félix Tshisekedi chez le Roi Philippe

Le roi Philippe a reçu Felix Tshisekedi le 17/09/2019 en audience au Palais royal, avant une photo officielle avec les épouses, la reine Mathilde et la première dame Denise Nyakeru. Photo Présidence RDC.

Le roi Philippe a reçu Felix Tshisekedi ce même mardi en audience au Palais royal, avant une photo officielle avec les épouses, la reine Mathilde et la première dame Denise Nyakeru.

Dans l’après-midi, le président congolais est attendu au siège bruxellois de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) avec en filigrane la signature d’accords avec le secteur privé.

La journée de mercredi, dans le cadre d’une visite devenue « de travail », mènera Felix Tshisekedi à Anvers. La soirée sera consacrée à une rencontre avec la diaspora congolaise vivant en Belgique et en Europe.

Jeudi, Felix Tshisekedi se rendra à Gembloux pour visiter le centre de recherche TERRA de la Faculté de Gembloux Agro-Bio Tech dépendant de l’Université de Liège et dédié à l’agriculture de demain.

La dernière visite d’un président congolais en Belgique remonte à septembre 2007 quand Joseph Kabila avait effectué un bref séjour à Bruxelles avant de se rendre à New York pour participer à l’Assemblée générale de l’ONU.

Read Full Article

Gouvernement Ilunga Ilunkamba

Les membres du gouvernement Ilunga Ilunkamba vont signer ce mercredi un acte d’engagement à l’Hôtel du gouvernement à 11h00.

Information livrée par le service de presse du premier ministre via un communiqué parvenu à 7SUR7.CD ce mercredi.

Rappelons par ailleurs que le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a présidé le tout premier conseil des ministres depuis son accession à la magistrature suprême le 13 septembre dernier.

7sur7.cd

Read Full Article

-

Le président de la République Félix Tshisekedi était ce mardi 17 septembre devant les entrepreneurs de la fédération des entreprises de Belgique à leur siège de Bruxelles.

Devant ce parterre d’hommes d’affaires belges, le chef de l’Etat a présenté les opportunités que son pays peut leur offrir notamment dans le secteur agricole et numérique. Il a également insisté sur l’amélioration du climat des affaires et l’assouplissement des conditions d’entrée en RDC.

« Je crois avoir donné un signal clair en ouvrant la Maison Schengen et les consulats. Nous sommes dans une réflexion pour voir comment le visa pourrait être obtenu comme au Kenya à l’entrée en RDC », a-t-il déclaré.

Félix Tshisekedi avait, le 03 septembre, au cours du lancement de l’atelier pour la validation du plan national du numérique dénommé horizon 2025, annoncé la mise en place d’un système de délivrance de visa d’entrée en RDC par voie électronique.

Pour rassurer les entrepreneurs belges à venir investir en République démocratique du Congo, le chef de l’Etat a également annoncé la création d’une agence nationale de lutte contre la corruption afin de mieux combattre ce fléau qui classe le pays 161e au rang mondial selon l’indice de perception de la corruption de Transparancy international de 2018.

De leur côté, dans un communiqué rendu public en marge de cette séance académique avec le chef de l’Etat congolais, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), se dit réjouie du réchauffement des liens entre les deux pays.

Elle a, en outre, encouragé « le vaste chantier des réformes en RDC et se réjouit des tout derniers développements relatifs à l’accord bilatéral entre la RDC et l’Union économique belgo-luxembourgeoise portant sur l’encouragement et la protection réciproque des investissements. Cela est de nature à contribuer à la nécessaire sécurité juridique chère aux investisseurs ».

En séjour en Belgique depuis le lundi 16 septembre, le président de la république rencontrera la diaspora congolaise ce mercredi 18 à Bruxelles.

Djodjo Vondi
MEDIA CONGO PRESS / Mediacongo.net
Read Full Article

7sur7

Le ministre des Affaires Foncières, Aimé Sakombi Molendo, a fait savoir aux agents et cadres de son ministère, que seule la méritocratie sera privilégiée durant tout son mandat.

Déclaration faite par le ministre Molendo ce mardi 17 septembre 2019 au cours de sa visite dans différentes circonscriptions foncières à Kinshasa.

« …On va déboulonner et on va bétonner. Ceux qui atteindront les assignations, qui respecteront les procédures, ils vont rester travailler. Il n’y a que la méritocratie qui sera érigée en mode de gestion sous mon mandat », a dit Sakombi Molendo aux agents et cadres de son ministère réunis à la circonscription foncière de Barumbu.

Dans la foulée, le patron des Affaires Foncières de la République Démocratique du Congo a promis de mettre à la disposition des agents son plan d’action d’ici début octobre pour les 3 prochains mois.

Le ministre Sakombi Molendo, qui a placé son mandat sous le signe du renouveau, entend maximiser les recettes de l’État dans son secteur, afin de contribuer à la réalisation du programme quinquennal du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Jephté Kitsita/7sur7.cd

Read Full Article

-

Le président de la RDC s’est exprimé, ce mardi 17 septembre 2019, devant une centaine d’entrepreneurs de la fédération des entreprises de Belgique à leur siège de Bruxelles.

Félix Tshisekedi, qui a toujours fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, a signifié aux entrepreneurs belges que le Congo a changé.

« Le Congo d’aujourd’hui est un Congo nouveau. C’est un Congo qui se veut performant, surtout émergent, et ce Congo attend de la Belgique un accompagnement maintenant. Ne craignez rien », a-t-il déclaré, avant de souligner que la Belgique était son autre Congo.

Peu avant cette rencontre avec les investisseurs belges, le président congolais avait été reçu dans la matinée par le Premier ministre belge sortant, Charles Michel. Ensuite, accompagné de son épouse, Denise Nyakeru, Félix Tshisekedi avait été reçu par le roi Philippe de Belgique.

Arrivé le lundi 16 septembre en Belgique pour une visite officielle de trois jours, le président congolais va également rencontrer la diaspora congolaise ce mercredi 18 septembre.

Djodjo Vondi
MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
Read Full Article

7sur7

Le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui séjourne en Belgique depuis lundi 16 septembre dernier, a commencé ce mardi les réunions et rencontres dans le cadre de sa visite officielle.

Félix Tshisekedi a échangé avec le Roi Philipe de Belgique, ce mardi 17 septembre à Bruxelles.

De manière officielle, aucune information concernant ce tête-à-tête n’a filtré pour le moment.

Bien avant cette rencontre entre les deux personnalités, Félix Tshisekedi a échangé avec le premier ministre Belge Charles Michel.

Le 5ème président de l’histoire de la République Démocratique du Congo est attendu cet après-midi, au siège de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) où aura lieu la signature des accords avec le secteur privé.

Jephté Kitsita/7sur7.cd

Read Full Article