Catégorie : La Une

« On a trouvé une épave d’avion avec beaucoup des cadavres. On vient encore de me confirmer qu’on a retrouvé un pilote blanc vivant »,  a annoncé, sur TOP CONGO FM,  le rapporteur adjoint de l’Assemblée provinciale du Sankuru.

Francis Ilunga indique que « les enquêtes sont en cours et on est en train de faire des investigations. Le comité du Conseil de sécurité de Kole s’est rendu sur place afin de nous communiquer des informations fiables ».

« Jusque-là on n’a pas encore eu des informations fiables. On ne sait pas si ce pilote est blessé ou non. Je vais vous apporter des fiables au moment opportun »
, a-t-il fait savoir.

Cocernant les passagers de cet avion non autrement identifié à l’heure actuelle, Franis Ilunga précise que « jusque là, nous savons pas combien des gens sont morts dans cet avion ».

Il y a quelques quelques heures, le gouverneur du Sankuru avait estimé, sur TOP CONGO FM, qu’il « est encore trop tôt pour parler de l’épave de la suite présidentielle ».

Joseph Mukumadi avait promis plus des détails dès le retour de l’équipe d’experts qu’il a dépêchée sur le lieu pour cerner les faits.
Les informations recoupées par TOP CONGO FM indiquent la découverte des débris d’un avion non autrement identifié en territoire de Kole dans la province du Sankuru.
Un antonov affrété par la Présidence de la République, qui transportait des civils et la garde du chef de l’État ainsi que du matériel roulant, avait disparu des radars.
La Cellule de crise, mise en place pour élucider les raisons de cette situation, venait d’évoquer la possibilité que les conditions météorologiques soient à l’origine du drame que ne veut croire le President de la République, « tant que l’épave n’aura pas été identifiée », avait tweeté son porte-parole, Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Yamb’a.

Alain / Topcongofm
Read Full Article

L’Autorité de l’Aviation Civile, (AAC), informe qu’un avion cargo de type antonov 72 opéré par la force aérienne de la RDC assurant la logistique présidentielle ce jeudi 10 octobre 2019 « sur le dernier de Bukavu ayant à son bord 4 membres d’équipage et 4 passagers civils et militaires parti de Goma à 13h32, (temps universel) a perdu contact avec le Centre de Contrôle en Route (CCR) aux environs de 15h », soit 59 minutes apres son décollage avec une autonomie de 6h de route.

L’antonov 72 devait atterrir à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, à 16h43 temps universel.

« Depuis cette perte de contact, des réquisitions d’informations lancées à toutes les stations sur sa route n’ont donné aucune information sur sa localisation », lit-on dans ce communiqué signé par Jean Ndunga Tshiumba directeur général de l’AAC.

Il a, en outre, indiqué que des dispositions nécessaires sont en cours au niveau de l’opérateur pour engager les recherches le plus rapidement possible.

Rappelons par ailleurs que le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et la première Dame Denise Nyakeru ont regagné Kinshasa jeudi dans la soirée.

Jephté Kitsita/7sur7.cd

Read Full Article

Englués dans une guerre commerciale avec la Chine, les États-Unis se sont fait damner le pion par Singapour, qui s’est hissé à la première place de la compétitivité mondiale. Washington paye ainsi les différents fronts ouverts avec ses partenaires commerciaux, dont la Chine. Selon les auteurs du rapport, Singapour a gagné en compétitivité parce que la cité-État a bénéficié de la guerre des tarifs douaniers entre les deux grandes puissances.

Depuis 1979, le Forum économique mondial publie un classement annuel des économies les mieux placées en termes de productivité et de croissance à long terme qui passe au crible 141 pays. Cette année, la troisième marche du podium revient à Hong Kong qui a progressé de quatre places. Sauf que le classement a été établi avant les grandes manifestations et n’a pu en mesurer les retombées économiques.

Parmi les pays européens, les Pays-Bas ont progressé de deux places, et se retrouvent en quatrième position. A contrario, l’Allemagne, dont l’économie patine, a décroché de quatre rangs et occupe désormais la septième position, mieux que la France qui se situe, elle, au quinzième. En fin de classement, on retrouve la République démocratique du Congo (RDC), en 139e position, suivie du Yémen (140e) et du Tchad (141e).

http://m.rfi.fr/economie/20191009-competitivite-singapour-etats-unis-classement-forum-economique-mondial?ref=fb_i

http://www.rfi.fr/contenu/20100520-competitivite-economique-chine-singapour-pole-position

Read Full Article

Arrivé à la fin de sa tournée euro-americaine de 2 semaines, le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a regagné le pays ce dimanche matin par l’aéroport international de N’djili.

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait débuté son periple par la Belgique où il est allé relancer la coopération belgo-congolaise.

A l’étape des USA, le Chef de l’Etat a pris la parole, le 26 septembre dernier, devant la tribune des Nations-Unies à New York. Son discours avait attiré l’attention du monde entier.

Felix Antoine Tshisekedi avait également eu d’intenses activités diplomatiques en marge de la 74e session de l’assemblée générale des nations unies.

Rome était la dernière étape de son voyage. A côté de plusieurs personnalités venues honorer l’archevêque de Kinshasa, le Président de la république a assisté au consistoire créant le prélat congolais Cardinal.

Read Full Article

Au-delà de son discours historique prononcé du haut de la tribune de la 74e Assemblée générale de l’Onu, le Président de la république, Félix Antoine Tshisekedi a pris plusieurs contacts dans l’intérêt du peuple congolais. Il s’est entretenu avec la communauté congolaise d’Atlanta, à l’invitation de Mutombo Dikembe (sa ville qui abrite également la Coca-Cola company) avant de conduire une délégation des quatre gouverneurs de province auprès des autorités de la Banque mondiale pour la validation de leurs projets intégrateurs.
Les quatre provinces retenues sont celles qui connaissent les affres de la guerre comme l’Ituri, le Nord et le Sud Kivu avec leurs multiples groupes Mai-Mai qui terrorisent, violent, volent et tuent chaque jour nos compatriotes. La Banque mondiale a circonscrit le cadre de ces tueries, dont la pauvreté et le chômage des jeunes.

Mais le plus grand projet est celui annoncé au chef de l’Etat par le plus grand basketteur congolais vivant aux Etats-Unis, Jean-Jacques Mutombo Dikembe. Ce dernier a dit à son interlocuteur qu’il mettait en jeu un milliard de dollars us pour construire une ville moderne (smart modern city) dédiée à la santé à Mbuji-Mayi. La ville comprendra, outre le quartier résidentiel pour une population à faible revenu et quelques maisons vip, un campus universitaire, une école d’infirmiers, un hôpital universitaire, une station balnéaire, quatre complexes commercial, sportif, hôtelier et touristique ainsi qu’un centre de recherche et de développement.
Toujours à Atlanta, Félix Tshisekedi a reçu quelques patrons des entreprises installées en Géorgie qu’il incite à venir investir en Rdc. Il a eu des entretiens particuliers avec les responsables de Boeing Inc. Corp., accompagné d’un ingénieur aéronautique américano-congolais, Patrick Makuma. Il se révèle que cette société détient un déposit d’Air Zaïre de 900.000 usd, lequel peut contribuer à la relance des Lac ou à la création d’une nouvelle société aérienne.

D’après l’ong Dac/Lac qui défend les intérêts des agents des Lignes aériennes congolaises qui s’est confiée à scooprdc.net, « c’est une magnifique opportunité que de coopérer avec les deux géants de l’aéronautique et ainsi créer l’émulation pour avoir deux compagnies nationales et créer de vrais emplois pour les jeunes congolais. La République démocratique du Congo, avec ses 2.345.000 Km2, 80.000.000 d’habitants, peut disposer de plus de deux compagnies aériennes nationales. Il n’y a donc aucune raison de s’obstiner dans une dissolution, liquidation illégale et improductive de Lac. La compagnie dispose encore de toutes ses infrastructures d’exploitation dans les aéroports, un centre de formation ainsi que des ateliers techniques à réhabiliter ».
L’EVEIL/leveils.info

Read Full Article

« Il est important que les langues nationales soient utilisées dans l’enseignement, du début à la fin des études, y compris universitaires », a déclaré Vital Kamerhe (photo) au cours de sa défense de thèse de doctorat en économie du développement, à l’université américaine d’Athènes (Grèce).

« Comme cela se fait en Tanzanie ou au Kenya, l’enseignement dans les langues nationales permet à une plus grande partie de la population de mieux maîtriser la matière ».

L’actuel directeur de cabinet du président Tshisekedi pense que cela participe du développement durable de la RDC.

Doctorat en économie du développement


« Les effets de la rhétorique politique (du discours politique) sur la croissance économique pour le développement durable en RDC »
 était le sujet de la thèse de Vital Kamerhe.

L’homme politique a relevé la différence des discours des différents chefs d’état de la RDC, de l’indépendance à nos jours.

Il a notamment relevé les différences de perception des politiques, le premier ministre Patrice-Emery Lumumba se faisait mieux comprendre parce qu’il maîtrisait bien le lingala et le swahili, que le président Joseph Kasavubu (1960-1965) qui ne maîtrisait que le kikongo.

Vital Kamerhe a relevé notamment « l’erreur » de communication de Laurent Désiré Kabila (1997-2001), qui ne maîtrisait que le seul swahili, qui avait imprimé des passeports que dans cette langue.

Vital Kamerhe a aussi relevé qu’il n’y a pas eu de vrai leader avec un bonne communication de 2003 à 2005, « ce qui a eu un mauvais impact sur la bonne gouvernance ».

Et a souligné que l’actuel président, Félix Tshisekedi, s’exprime dans les 4 langues nationales, du lingala (généralement bien établi au tshiluba, « du fait de son appartenance à l’espace luba, en passant par le kikongo, par son éducation au Kongo Central, et par son mariage avec la sœur (du Sud-Kivu) ».

En finir avec les différences
.

« Le président Tshisekedi doit en finir avec la division linguistique », 
estime Vital Kamerhe pour permettre une encore plus grande cohésion nationale.

« La langue peut devenir la source d’un développement durable »
, estime Vital Kamerhe, qui souligne soutenir cette hypothèse « dans un environnement de bonne gouvernance et ce, pour une meilleure interaction avec les populations ».

Vital Kamerhe s’exprime dans les 4 langues nationales du pays, « mon père était directeur de la Caisse nationale, nous avons séjourné dans toutes les provinces ce qui m’a donné l’opportunité de maîtriser, très jeune toutes les langues ».

La communication dans les langues locales est vraiment importante, insiste le président du parti UNC, pour qui « cela participe aussi du respect du peuple et de ses cultures ».

Par Christian Lusakueno

Read Full Article

François Pujolas, Ambassadeur de la France en RDC a rappelé que son pays ainsi que les autres partenaires et acteurs réunis au sein du réseau « La France en RD Congo », travaillerons ensemble pour aider à la concrétisation de l’objectif du président Félix Tshisekedi et son Gouvernement pour améliorer le climat des affaires. C’était à l’occasion de la rentrée de la Chambre de Commerce et Industrie Franco-Congolaise (CCIFC), vendredi 27 septembre 2019.

Cette rentrée était une opportunité de faire le bilan sur une année riche en évènements où la France et ses entreprises ont pu montrer un fort intérêt pour le marché congolais.

François Pujolas a souligné le rôle essentiel de la CCIFC ainsi que des autres associations et groupement économiques qui promeuvent les intérêts français en RDC telles que le Club français des Affaires et CCEF. Cela, non seulement dans l’animation de la communauté d’affaires, dans la défense et la promotion des intérêts des entreprises installées en RDC mais également dans leur rôle d’accompagnement des nouveaux entrants.
Il a également félicité la CCIFC pour son dynamisme, son rayonnement par la présence de bureaux dans plusieurs grandes villes de la RDC ainsi que son empreinte dans la communauté des affaires.

Aussi, cette rentrée a-t-elle permis de revenir sur le succès de la dernière Semaine Française de Kinshasa, co-organisée par la CCIFC, l’Ambassade de France et les Conseillers du commerce extérieurs de la France en RDC (CCEF), qui s’est déroulée en juin dernier. Bilan très positif, selon le diplomate français, avec la venue d’intervenants de haut niveau, une meilleure affluence et une fréquentation record des conférences et ateliers. La venue Grégory Clemente, Directeur général international de Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement pour le soutien au secteur privé qui a permis des rencontres entre des acteurs économiques d’importance et des perspectives de développement riches. Grâce aux diverses rencontres en B2B, de nombreux partenariats ont pu se nouer ce qui a notamment bénéficié aux start-up locales.

La France a aussi été présente pour la première fois sous la forme d’un pavillon à la DRC Mining Week de Lubumbashi.

L’opportunité de montrer qu’elle a une expertise en matière de sous-traitance y compris dans le monde minier et qu’elle est pleinement présente au Katanga. Des entreprises sont venues de France, accompagnées par la CCIFC, pour rencontrer des acteurs clés locaux.

L’Ambassadeur de France a rassuré les entreprises sur le renforcement des relations entre la France et la RDC depuis la nomination des nouvelles autorités, et de l’intérêt croissant des acteurs économiques français pour le marché congolais.
Il faut noter que la CCIFC œuvre pour la promotion et le développement des échanges entre les entreprises françaises et congolaises.

Forte de plus de 170 membres représentant des entreprises de tailles et secteurs économiques différents, la CCIFC s’impose depuis 1987 comme le partenaire privilégié en matière d’offre de services de de qualité répondant aux besoins de ses adhérents et des investisseurs français.

Judith Asina/matininfos.net

Read Full Article

Au cours d’ une interview accordée le lundi 30 septembre dernier à la rédaction de 7SUR7.CD, Franck Diongo a décrié la maudicité des  premières prévisions budgétaires de l’ère Tshisekedi tel qu’annoncé par le gouvernement lors de son dernier conseil des ministres.

« C’est un budget de la honte, un budget qui va entraver la gratuité de l’éducation, un budget de désespoir qui va développer la pauvreté et accroître le chômage et l’insécurité. C’est un budget anti peuple d’ abord », s’insurge cet ancien député national.

Le budget de 7 milliards ne correspond pas aux attentes du peuple congolais poursuit le président du Mouvement Lumumbiste Progressiste, aux  programmes du gouvernement en fonction de 15 axes  présentés par le premier ministre, aux promesses du chefs de l’ état qui avait dit au Congolais qu’une fois élu président, il aura un budget de 86 milliards en 10 ans soit 8,6 milliards en une année.

Pour Franck Diongo, un correctif de ce budget s’impose avant son dépôt pour examen et adoption au parlement.

« On doit introduire les facteurs correctifs de sorte qu’on ne dépose pas un budget inférieur à 10 milliards. C’est ce que je demande au premier ministre », dit F. Diongo

Pour cet opposant, il est possible d’avoir un budget ambitieux à condition d’éviter une sous évaluation des assignations pour l’accroissement de la mobilisation de recettes, le  changement de politique budgétaire et pourquoi pas un endettement de la RDC.

Pour rappel, le gouvernement Ilunga Ilunkamba a estimé à plus ou moins 7 milliards de dollars américains soit plus ou moins 11 milliards de francs congolais son budget pour l’exercice 2020, soit une augmentation de 14,5 % par rapport au budget précédent.

Elysée Odia/7sur7.cd

Read Full Article

Le président chinois Xi Jinping a appelé, mardi, à des efforts concertés pour atteindre les objectifs des deux centenaires et réaliser le rêve chinois du renouveau national.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, s’est ainsi exprimé lorsqu’il a prononcé le discours lors du grand rassemblement dans le centre-ville de Beijing pour célébrer le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine.

Xi Jinping a déclaré ceci: «Le passé de la Chine s’est déjà inscrit dans les annales historiques de l’humanité. La Chine au présent est en train d’être construite par des milliers et des milliers de Chinois. La Chine à l’avenir sera certainement plus prospère. Tout le Parti, toute l’armée et tout le peuple multiethnique devront s’unir plus étroitement, en restant fidèle à leur engagement initial et gardant constamment à l’esprit leur mission, continueront de renforcer et développer notre république populaire et de travailler d’arrache-pied pour réaliser les ‘objectifs des deux centenaires’, le rêve chinois du grandiose renouveau de la nation chinoise.»

French.cri.cn

Read Full Article

La Chine vient d’inaugurer ce mardi son nouvel aéroport « Daxing International Airport », situé à 46 km au sud de la capitale Pékin.

Muni de 8 pistes d’atterrissage avec une capacité d’accueil de près de 45 millions de passagers d’ici à 2021 et 72 millions d’ici à 2025, cet édifice est le plus grand terminal du monde.

Le nouvel aéroport de Beijing sera cependant mis en service à partir du 30 septembre prochain.

Le coût de sa construction s’élève à hauteur de 11,5 milliards de USD.

reacDaxing international airportDaxing international AirportDaxing international AirportDaxing international Airport

Merveil Molo/Stagiaire/7sur7.cd

Read Full Article