Catégorie : Musique

-

Photo d’archive

Interpellé ce mercredi 25 septembre 2019 par le parquet de la Gombe, la star congolaise Koffi Olomide a été libéré, près d’une heure, après avoir été entendu. Le Grand Mopao est rentré libre chez lui.

« Le magistrat a estimé qu’il fallait le laisser rentrer parce que les faits ne sont pas graves et ne nécessitent pas une détention », à en croire son avocat, Me Tony Mwaba, joint par une radio émettant à Kinshasa.

Il faut rappeler que le Quadrakoraman a été frappé d’interdiction de diffusion de huit de ses chansons par la commission nationale de censure.

Dans une émission, il a tenu des propos très durs à l’endroit des responsables de cette commission. Pour lui, la censure n’a pas de raison d’être dans un État démocratique.

Ce dernier dénonce le fait que son client « a été interpellé avec une brutalité comme si on capturait un terroriste. Les agents ont même escaladé le mur ».


MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
Read Full Article

Photo droits tiers

Koffi Olomide répond ce mercredi à un mandat de comparution du parquet près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe. Il doit s’expliquer sur ses propos tenus à la télévision au sujet des membres de la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles qui se sont sentis outragés.

Huit clips de Koffi Olomide avaient été interdits de diffusion et de présentation au public par la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles. Evoquant l’abus de pouvoir, le chanteur avait vigoureusement rejeté cette décision. D’après la commission de censure, Koffi Olomide n’avait répondu à ses invitations faisant ainsi montre « de manque de considération et de civisme ».

« Le Congo d’aujourd’hui ne doit pas être un pays de censure. Ce Congo de Tshisekedi n’est pas ce Congo-là. Je demande au nouveau président de dire au ministre de la justice que le Congo d’aujourd’hui n’est pas celui de la dictature (…). Nous musiciens nous devons avoir notre liberté de pensée. Je le dis au nom de tous les autres chanteurs. Même le mot censure est anti-démocratique », avait-il dénoncé dans l’émission télévisée Sektion music.

Suite à cette décision de la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles, il avait menacé de ne plus diffuser ses chansons en RDC.

actualite.cd

Read Full Article

Photo droits tiers

Koffi Olomide répond ce mercredi à un mandat de comparution du parquet près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe. Il doit s’expliquer sur ses propos tenus à la télévision au sujet des membres de la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles qui se sont sentis outragés.

Huit clips de Koffi Olomide avaient été interdits de diffusion et de présentation au public par la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles. Evoquant l’abus de pouvoir, le chanteur avait vigoureusement rejeté cette décision. D’après la commission de censure, Koffi Olomide n’avait répondu à ses invitations faisant ainsi montre « de manque de considération et de civisme ».

« Le Congo d’aujourd’hui ne doit pas être un pays de censure. Ce Congo de Tshisekedi n’est pas ce Congo-là. Je demande au nouveau président de dire au ministre de la justice que le Congo d’aujourd’hui n’est pas celui de la dictature (…). Nous musiciens nous devons avoir notre liberté de pensée. Je le dis au nom de tous les autres chanteurs. Même le mot censure est anti-démocratique », avait-il dénoncé dans l’émission télévisée Sektion music.

Suite à cette décision de la Commission nationale de censure des chansons et des spectacles, il avait menacé de ne plus diffuser ses chansons en RDC.

actualite.cd

Read Full Article

-

Fiston Mafinga, alias Saï Saï

En séjour à Paris depuis quelques semaines, le comédien congolais, l’autoproclamé « patron de tous les comédiens congolais », Fiston Saï Saï a déclaré, lors d’une émission tournée dans la capitale française, que « Félix Tshisekedi est le premier président de la RDC dont on connaît la résidence familiale ».

D’un ton ironique, il soutient que « le peuple est capable de l’accuser chez maman Marthe, à la 10e Rue/Limete, av. Pétunias, s’il se compromet dans son comportement ».

Saï Saï s’introduit petit à petit dans le sillage de Fatshi, depuis le changement du régime. On l’a vu prester lors des obsèques d’Étienne Tshisekedi, de même qu’au deuil de Simaro Lutumba, devant le chef de l’État.

Il a également été aperçu à Matadi, au Kongo-Central, avec Edingwe, Matumona Défao, Félix Wazekwa, lors du forum sur l’électricité organisé par le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.


MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
Read Full Article

-

Hospitalisée au Pavillon 6 chambre 16 des Cliniques Ngaliema dans la commune de la Gombe, la chanteuse Vongaye a reçu la visite de deux autorités venues la réconforter.

Il s’agit du ministre honoraire de la Culture et des Arts Madame Astride Madiya et de la Commissaire provinciale de la Culture et des Arts Yvette Tabu. Astrid Madiya s’est dit triste de voir la diva malade alors qu’Yvette Tabu s’est réjouie de revoir encore une fois l’artiste. Découverte dans les années 1980 aux côtés du saxophoniste Empompo, les chansons de Vongaye résonnent encore dans les oreilles des congolais à l’instar de Nakozela promotion. Chaka Kongo de l’Association Artistes en Danger était également de la partie.

Agenda culturel

Vendredi 30 août, Héritier Watanabe et la Team Wata seront au Kwilu Bar dans le cadre de l’anniversaire de naissance du leader de l’ancien collaborateur de Werrason.

Grand Père Bozi Boziana se produira le samedi 31 août à Bana Kin sur l’avenue du Stade dans la commune de Kalamu. Dans l’entretemps, ‘’ Toute une histoire Volume 2’’ est déjà disponible sur toutes les plateformes numériques.

Après s’être produit le dimanche 25 août dernier, Fally Ipupa s’est envolé lundi pour des productions en Zambie, Tanzanie et Australie.

Werrason et ses poulains joueront un concert le 06 septembre à Dubaï. Le Phénomène a mis sa voix à contribution pour lutter contre Ebola à travers une chanson.

Sortie mondiale officielle de l’album ‘’ Sève’’ de Nyoka Longo, laquelle coïncidera avec son 60ème anniversaire d’âge.


L’objectif/ MCP, via mediacongo.net
Read Full Article

La star du coupé-décalé ivoirien a trouvé la mort dans un accident de moto le 12 août dernier à l’âge de 33 ans.
© SIA KAMBOU / AFP

Depuis la mort de DJ Arafat le 12 août dernier dans un accident de moto à Abidjan, les fausses informations pullulent sur les réseaux sociaux.

Comme en leurs temps, les adorateurs d’Elvis qui refusaient d’admettre la mort du King, certains « Chinois », comme se font appeler les fans de DJ Arafat, ne croient toujours pas au décès de la star ivoirienne. Et espèrent le voir réapparaître en chair et en os vendredi soir sur la scène du grand stade. Comme chef-d’œuvre dans l’art du buzz ou du coup médiatique dans lequel il était passé maître.

Une voyante ayant pignon sur rue a même mis en doute sa mort, puisqu’elle n’arrive pas à se connecter avec lui dans l’au-delà, alors qu’en principe, assure-t-elle, les morts ont la courtoisie de lui parler. Quelques jours après l’accident mortel du Daishi, un pasteur en mal de publicité avait quant à lui clamé partout que si on lui confiait quelques heures sa dépouille mortelle, il parviendrait à le ressusciter par la prière. La famille éplorée n’a pas donné suite.

« Fausse disparition » du corps

Puis, il y a eu la soi-disant photo du corps de DJ Arafat à la morgue, qui est en fait celle d’un autre jeune homme mort dans un accident quelque temps avant la star.

Il y a eu aussi la fausse vidéo d’un motard se livrant à de dangereuses acrobaties à haute vitesse et présentée comme les derniers instants de DJ Arafat. Faux, selon les Observateurs de France 24 qui ont découvert que la vidéo, sur laquelle personne n’est identifiable, date de l’an dernier.

Enfin, il y a trois jours, il y a eu l’affaire de la « fausse disparition » du corps de la star. Un autre pasteur a laissé entendre que la dépouille de DJ Arafat était introuvable. Ivosep, l’entreprise qui gère la morgue où il se trouve, a dû publier un démenti formel.

rfi.fr

Read Full Article

DJ Arafat au Zenith de Paris en 2016.
© RFI/Edmond Sadaka

« Pour un homme exceptionnel, des mesures exceptionnelles » expliquent les autorités ivoiriennes. Le stade Félix Houphouët Boigny, actuellement en travaux, ouvrira ses portes pour une veillée spectaculaire vendredi prochain. Des écrans géants seront installés à l’extérieur car les organisateurs attendent une foule qui dépassera de loin les quelque 35 000 places du stade.

« On attend près de 100 000 personnes, parce que le monde entier veut venir dire au revoir à la légende DJ Arafat, avance Yves Rolland Jay Jay, l’ancien chargé de communication dla star. Il faut qu’il soit accompagné dignement. Il y aura des concerts, il y a des artistes qui viennent de tout le pays pour lui rendre un dernier hommage. »

Plusieurs artistes africains sont attendus. Parmi eux, les stars congolaises Koffi Olomide et Fally Ipupa, ou encore le Nigérian Davido. L’enterrement aura lieu le lendemain, samedi 31 août. Et c’est le cimetière de Williamsville qui accueillera la dépouille de la légende du coupé-décalé.

Une organisation saluée par l’entourage de l’artiste. « Il aura tout ce que l’artiste a le droit d’avoir pour ses obsèques. Et il le mérite, vraiment. Il a conquis tout le monde, il mérite ça », estime Abib Marwane, l’un des managers de DJ Arafat.

Et pour continuer à honorer la mémoire du DJ, le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman a d’ores et déjà annoncé l’ouverture d’un musée dédié à DJ Arafat dans les prochaines années.

rfi.fr

Read Full Article

Plus de deux décennies, loin de ses proches, loin de ses fans, le chanteur Lulendo Matomona connus sous le pseudo de Défao a finalement regagné son pays, la terre de ses ancêtres.

Selon l’artiste, il justifie ce long moment d’absence par divers contrats de prestations. Il revient pour des productions en vue de renouer avec ses fans.

C’est le dimanche 4 août qu’il est arrivé à Kinshasa via l’aéroport international de N’djili où il a été accueillit par ses proches et en profite pour annoncer des productions en ce mois d’août.

La rédaction

Read Full Article

-

Defao Matumona Lulendo

Le retour de l’artiste-musicien Lulendo Matumona, alias « général Defao », initialement prévu le 23 juillet, est reporté à ce jeudi 25 juillet 2019 prochain, a confirmé mardi, depuis Nairobi au Kenya, le président de l’Union des musiciens du Congo (UMUCO), Verckys Kiamuangana, au cours d’un entretien avec l’ACP.


Verckys Kiamuangana

Ce dernier a justifié ce report par la volonté de Jules Sana, le nouveau producteur de Defao, avant d’annoncer que lui-même rentre dimanche prochain à Kinshasa.

Le retour de Defao est motivé, après plusieurs années d’absence au pays, par la matérialisation d’un contrat signé entre cet artiste-musicien et son nouveau producteur portant sur plusieurs productions à Kinshasa et à l’intérieur du pays, signale-t-on.


ACP / MCP, via mediacongo.net
Read Full Article