Un milliard usd de Mutombo Dikembe pour une nouvelle ville moderne à Mbuji-Mayi

Au-delà de son discours historique prononcé du haut de la tribune de la 74e Assemblée générale de l’Onu, le Président de la république, Félix Antoine Tshisekedi a pris plusieurs contacts dans l’intérêt du peuple congolais. Il s’est entretenu avec la communauté congolaise d’Atlanta, à l’invitation de Mutombo Dikembe (sa ville qui abrite également la Coca-Cola company) avant de conduire une délégation des quatre gouverneurs de province auprès des autorités de la Banque mondiale pour la validation de leurs projets intégrateurs.
Les quatre provinces retenues sont celles qui connaissent les affres de la guerre comme l’Ituri, le Nord et le Sud Kivu avec leurs multiples groupes Mai-Mai qui terrorisent, violent, volent et tuent chaque jour nos compatriotes. La Banque mondiale a circonscrit le cadre de ces tueries, dont la pauvreté et le chômage des jeunes.

Mais le plus grand projet est celui annoncé au chef de l’Etat par le plus grand basketteur congolais vivant aux Etats-Unis, Jean-Jacques Mutombo Dikembe. Ce dernier a dit à son interlocuteur qu’il mettait en jeu un milliard de dollars us pour construire une ville moderne (smart modern city) dédiée à la santé à Mbuji-Mayi. La ville comprendra, outre le quartier résidentiel pour une population à faible revenu et quelques maisons vip, un campus universitaire, une école d’infirmiers, un hôpital universitaire, une station balnéaire, quatre complexes commercial, sportif, hôtelier et touristique ainsi qu’un centre de recherche et de développement.
Toujours à Atlanta, Félix Tshisekedi a reçu quelques patrons des entreprises installées en Géorgie qu’il incite à venir investir en Rdc. Il a eu des entretiens particuliers avec les responsables de Boeing Inc. Corp., accompagné d’un ingénieur aéronautique américano-congolais, Patrick Makuma. Il se révèle que cette société détient un déposit d’Air Zaïre de 900.000 usd, lequel peut contribuer à la relance des Lac ou à la création d’une nouvelle société aérienne.

D’après l’ong Dac/Lac qui défend les intérêts des agents des Lignes aériennes congolaises qui s’est confiée à scooprdc.net, « c’est une magnifique opportunité que de coopérer avec les deux géants de l’aéronautique et ainsi créer l’émulation pour avoir deux compagnies nationales et créer de vrais emplois pour les jeunes congolais. La République démocratique du Congo, avec ses 2.345.000 Km2, 80.000.000 d’habitants, peut disposer de plus de deux compagnies aériennes nationales. Il n’y a donc aucune raison de s’obstiner dans une dissolution, liquidation illégale et improductive de Lac. La compagnie dispose encore de toutes ses infrastructures d’exploitation dans les aéroports, un centre de formation ainsi que des ateliers techniques à réhabiliter ».
L’EVEIL/leveils.info

You might also like

Laisser un commentaire